Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
WebTec

WebTec

Atelier de Rédaction web/SEO/Rédaction technique

Tatouage : phénomène artistique de société ?

   L'histoire du tatouage, aux dires des historiens et anthropologues, n'est pas facile à situer avec exactitude dans le temps. Tout le monde s'accorde néanmoins pour reconnaître que le phénomène de la pigmentation de l'épiderme est une pratique ancestrale et universelle.

 

1- Généralités

C'était le signe d'appartenance à un peuple (cas du tatouage Maori). Il fut aussi utilisé à une certaine époque pour distinguer les classes sociales ou identifier ceux qui vivaient au ban de la société.

Au fil des siècles, il prit d'autres connotations : rite initiatique, pouvoir érotique, marque protectrice chez les Japonais, Polynésiens, Égyptiens puis sombra quelque peu dans l'oubli.

Au XVIIIe siècle, le tatouage refit apparition sur la peau des marins, membres de l'équipe d'expédition du navigateur James COOK, influencés par les coutumes tahitiennes découvertes dans le pacifique. L'exhibition des tatouages devint progressivement l'objet de curiosité dans les cafés et grands salons des capitales d'Europe centrale.  

 

2- Années 70 : symbole de rébellion d'une population dite marginale

 Les premiers studios de tatouage européens sont inaugurés en plein milieu du XXe siècle, mais ne se généralisent qu’à partir des années 70. C'est une population dite marginale, composée de bikers, rockers et punks, qui choisit d'en faire un symbole de protestation et rébellion. Pour les taulards et drogués, se tatouer est un acte de dépassement de soi ou de réappropriation de son corps.

 

3-  A partir des années 90  : oeuvre d'art pour se démarquer

 Au cours des années 90, le tatouage revêt finalement une dimension plus esthétique. Les amateurs et fans de décorations corporelles sont alors de plus en plus nombreux dont les stars de la musique, du cinéma, du sport...

Sa popularisation a permis au matériel et aux techniques d’être considérablement améliorés. Et, les conditions d’hygiène sont désormais encadrées dans certains pays. Les risques jadis encourus sur le plan physiologique sont maintenant minimisés, rendant ainsi, selon certains professionnels, la pratique du tatouage plus sûre. 

 

          Toutefois, les tatouages faisant allusion à la révolte (ou rébellion) renforcent l'état d'esprit des adeptes dans ce domaine au point que ceux-ci finissent à s'identifier aux idéologies réactionnaires ou révolutionnaires. Ceci est aussi vrai pour les phénomènes de pigmentation qui expriment la vengeance et la haine.

 

 

Merci pour vos avis et réactions

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article